Admin Admin Pas de commentaire

La résilience du marché du crédit immobilier face au reconfinement

À ce titre, les banques continueront à réceptionner et à traiter les nouveaux dossiers d’emprunt. De leur côté, les courtiers vont travailler à distance pour pouvoir accompagner leurs clients et poursuivre les négociations auprès des établissements bancaires.

En ce qui concerne les taux d’intérêt, la tendance se stabilise et les professionnels du secteur observent même une légère baisse.

Des délais de traitement des dossiers non impactés

Même si les futurs acheteurs ne peuvent pas visiter les biens qui les intéressent durant cette période, ils peuvent amorcer la préparation de leurs dossiers de crédits. Comme le traitement est assuré par des salariés en télétravail à l’aide de logiciels spécifiques, les emprunteurs n’ont pas à craindre de la rallonge des délais.

Le télétravail est également au programme pour les courtiers, et les rendez-vous peuvent se faire en visioconférence. Ceci peut s’appliquer aussi bien pour les rencontres avec les clients que les entrevues avec les professionnels bancaires.

Ceux qui souhaitent s’entretenir face à face avec un expert en vue d’optimiser leurs dossiers de prêt immobilier peuvent néanmoins demander un rendez-vous physique, lequel se déroulera dans le respect strict des mesures sanitaires.

IMPORTANT

Pour leur part, les particuliers ayant des difficultés à rembourser leurs crédits en cours peuvent bénéficier des conseils des experts dans le choix de la solution adaptée à la situation de chacun.

D’ailleurs, en ce moment, certaines banques font preuve de plus de souplesse à l’égard des emprunteurs. Différentes mesures d’aide sont ainsi prévues, telles que :

  • la suspension du remboursement pendant une période déterminée ;
  • l’allongement de la durée du crédit pour faire baisser les mensualités ;
  • l’ajustement du crédit relais à la situation de la personne.

Pas de remontée de taux en perspective

Selon l’estimation de certains experts du crédit, les taux ne devraient pas enregistrer une hausse dans les prochaines semaines même si les banques ont coutume de resserrer les conditions d’emprunt à l’approche de la fin d’année.

Ils veulent tout de même rester prudents en précisant que

Les taux ne vont pas remonter si le confinement ne se poursuit pas au-delà du 1er décembre.

Admin Admin Pas de commentaire

Un marché immobilier tendu et des biens qui grimpent encore

Ce qui est rare est cher !

Lorsqu’un bien vient à se raréfier sur le marché, il connait une inflation spectaculaire. Ceci est d’autant plus vrai dans le secteur de l’immobilier.

IMPORTANT

Et force est de constater que, depuis le déconfinement, les biens disponibles sur le marché se font rares. La raison en est, bien évidemment, l’arrêt complet des chantiers au plus fort de la crise et le retard de livraison des logements neufs qui en a découlé.

Les professionnels du secteur avancent également l’hypothèse que le durcissement de l’accès aux crédits immobiliers pour les ménages modestes constitue un facteur majeur de la hausse des prix.

En effet, ce sont actuellement les ménages les plus aisés qui obtiennent les financements nécessaires et leurs revenus leur permettent d’accepter les exigences élevées des vendeurs.

Conscients d’être en position de force, ces derniers se montrent également inflexibles sur le prix demandé.

Résultat : les marges de négociation se réduisent pour les acheteurs.

Une hausse généralisée

Avant l’arrivée du coronavirus dans le pays, les observateurs aimaient relever les disparités entre les villes de l’Hexagone, le contraste entre le comportement du marché dans les métropoles et celui des villes dites « moyennes ».

Mais cette fois, tous les marchés semblent converger dans la même direction. Seule l’ampleur de la hausse permet de les distinguer.

IMPORTANT

Près d’un tiers des villes de plus de 100 000 habitants (28 %) affichent une hausse de prix à deux chiffres. Certains analystes y voient un effet de rattrapage.

Au début du confinement (en mars dernier donc), les observateurs se sont amusés à prédire l’évolution du marché immobilier une fois de retour à la normale. Beaucoup anticipaient ainsi une stabilisation, voire une baisse des prix. Pour le moment, c’est tout le contraire qui est en train de se produire.

Admin Admin Pas de commentaire

Largo Winch, aventurier de l’économie

Le Gouverneur a inauguré l’exposition « Largo Winch, aventurier de l’économie » à Citeco

Hier soir, François Villeroy de Galhau a inauguré l’exposition « Largo Winch, aventurier de l’économie » au musée de l’économie  Citeco, ancienne succursale de la Banque de France dans le 17ème arrondissement à Paris, en présence du directeur de l’établissement Philippe Gineste, ainsi que des auteurs de la saga culte Philippe Francq et Eric Giacometti. Planches originales, reconstitution de la tour du siège de l’empire financier « W », croisements avec la sphère économique, ses mutations dans le monde réel … une plongée passionnante dans l’univers du héros de bande dessinée, tiraillé entre ses aspirations éthiques et le capitalisme le plus débridé. Une exposition qui rend, une nouvelle fois, l’économie à la portée de tous, accessible au grand public du 17/10 au 12/2/21.

Admin Admin Pas de commentaire

L’engouement Britannique pour l’immobilier Français revient en force

Affluence des acheteurs immobiliers britanniques en France

Le vote de la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a soulevé de nombreuses questions.

Face à un avenir incertain, les Britanniques qui envisageaient d’acheter une maison ou un appartement en France ont préféré s’armer de patiente.

Mais avec la confirmation du Brexit, ils sont de retour, prêts à concrétiser leur projet. Le flou entourant l’avenir économique dans leur pays les incite à investir dans une résidence principale ou secondaire à l’étranger.

Les avantages de la France pour les investisseurs venus d’outre-Manche sont multiples.

  • D’une part, le mètre carré en ville y coûte 13 % moins cher.
  • D’autre part, la durée de remboursement des crédits peut aller jusqu’à 25 ans.
  • En choisissant notre pays, les seniors, qui composent le gros de cette clientèle, jouissent d’une capacité d’emprunt élevée et d’un bon pouvoir d’achat pour leur retraite.

 

Résultat, les professionnels spécialistes de cette catégorie d’acquéreurs observent une augmentation de 200 % de la demande. Pour ces agences, environ un client sur dix vient de l’autre côté de la Manche. Elles anticipent par ailleurs une poursuite du mouvement jusqu’à la fin du premier semestre 2021.

Les maisons de campagne de l’Ouest de la France ont la côte

Les Britanniques qui souhaitent posséder un pied-à-terre en France ont des attentes très précises.

Si la Bretagne reste la région la plus populaire, ils apprécient également La Normandie, le Bassin aquitain, ainsi que les Pays de la Loire.

Le choix de l’Ouest s’explique sans doute par la facilité de l’accès entre les deux pays. S’agissant du type d’habitation recherché, les professionnels du secteur déclarent que « 96 % des acheteurs privilégient les maisons en milieu rural ».

Les propriétaires qui envisagent de céder un bien situé dans ces zones se retrouvent donc actuellement en position de force.

La demande étant forte, ils ont des chances plus importantes d’obtenir le prix voulu, et cela sans devoir patienter des mois entiers pour trouver preneur.

Admin Admin Pas de commentaire

Conséquence de la pénurie du l’immobilier neuf

A cause de la pénurie de l’immobilier neuf il faut s’attendre à une possible envolée des prix!!

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) anticipe un effondrement du stock de logements neufs dans les mois à venir à cause de la crise sanitaire. Ils redoutent en conséquence une tension accrue sur le secteur, entraînant une hausse mécanique des prix. Les appartements de quatre pièces sont les seuls épargnés pour le moment.

Une offre de logements neufs plus rare et des prix en hausse

Dans le contexte de crise actuel,

“Une pénurie de biens est attendue sur le marché du logement neuf”, estime la FPI. Son bilan, qui couvre à la fois la construction et les ventes de nouveaux biens, montre qu’entre le 1er avril et le 30 juin 2020, les mises en vente s’affichent en recul de 53,8 % sur un an.

La tendance à la baisse concerne également les permis de construire délivrés, dont le nombre pour le troisième trimestre, est de 27,4 % inférieur à celui de la même période en 2019. Et cela, alors que les constructions ont repris en même temps que l’activité économique. Quant aux mises en chantier, elles ont diminué de 8,7 %.

IMPORTANT : Les promoteurs redoutent qu’avec la rareté de l’offre, le marché se tende, avec une forte augmentation des prix à la clé.

Une situation qu’ils cherchent à contourner afin de ne pas pousser les clients vers les habitats anciens. Or, d’après Capital, le mouvement semble déjà amorcé dans certaines agglomérations.

Au Havre, par exemple, les biens se sont enchéris de 21,5 % en moyenne, contre 17,7 % à Saint-Malo. Ailleurs, la croissance est plus modérée, mais reste perceptible. C’est notamment le cas à Dijon et Nantes, où le taux de croissance des prix immobiliers se situe à 8,5 % et 8,2 % respectivement, ou encore à Angers, avec +7 %.

Une période toujours favorable aux acheteurs immobiliers

Le changement se fait plus durement ressentir pour les acheteurs de petits et très grands appartements.

  • Pour un logement de cinq pièces et plus, il faut prévoir un budget moyen de 676 000 euros, avec une envolée de l’ordre de 18,1 % dans la région parisienne et 9,38 % sur le reste du territoire.
  • Viennent ensuite les studios en Île-de-France, qui coûtent 11,75 % de plus, suivi des deux pièces en région, plus chers de 6,7 %.
  • Seuls les logements de quatre pièces semblent épargnés, avec des prix stables ces derniers mois.

Les professionnels encouragent les candidats à l’accession à la propriété à se lancer pendant que les taux d’intérêt sont encore très attractifs, compensant au moins partiellement la différence de prix.

Encore faut-il répondre aux critères d’endettement du HCSF (taux d’endettement de 33 % au maximum et durée de remboursement limitée à 25 ans) pour décrocher un prêt immobilier. Malgré l’appel des courtiers immobiliers à un assouplissement pour relancer la machine du crédit, le régulateur vient d’annoncer le maintien de ces règles au moins jusqu’en décembre prochain.

Admin Admin Pas de commentaire

Petits apports et crédits immobiliers… C’est possible

Avec le durcissement des conditions de crédit immobilier, les banques exigent à nouveau un apport personnel pour toute souscription. Néanmoins, une récente étude nous révèle que 53 % des emprunteurs ont obtenu leur financement avec un apport à un taux inférieur aux 10 % habituels. Dans certains cas, 5 % de la valeur du bien ont suffi.

Acceptation des apports personnels inférieurs à 10 %

Contrairement à l’année dernière, les banques n’accordent plus de financement à 110 % d’un projet immobilier, c’est-à-dire sans l’apport de 10 % destiné à couvrir les droits de mutation (plus couramment désignés par « frais de notaire »).

Tous les emprunteurs doivent fournir un effort financier pour obtenir le prêt dont ils ont besoin.

Cependant, tous les établissements prêteurs n’imposent pas le minimum de 10 % habituel. En effet, parmi les dossiers traités, la part des emprunteurs ayant fourni un apport de moins de 10 % du prix du logement atteint 53 %. 37 % d’entre eux ne disposaient même que d’une somme inférieure à 5 % du coût du bien.

Un faible apport n’empêche donc pas la concrétisation d’un projet immobilier. Les banques cherchent en effet à soutenir la demande, en particulier des primo accédants, exclus du marché depuis l’application des préconisations du Haut Conseil de Stabilité Financière concernant le taux d’endettement (33 % au maximum) et la durée des prêts à l’habitat (pas plus de 25 ans).

Retour des emprunteurs jeunes et modestes

Le constat est mené qu’un souscripteur sur deux est un jeune actif. Il ne dispose que de revenus modestes et n’a pas eu le temps de se constituer une épargne suffisante. Ces facteurs expliquent le manque d’apport personnel.

Nous observons également un allongement de la durée de remboursement, mais ce sont principalement les meilleurs profils qui en profitent.

Les foyers modestes conservent néanmoins de bonnes chances de se voir octroyer un crédit. Ils représentaient 46 % des ménages emprunteurs et parmi eux, 40 % ont reçu une réponse positive.

En revanche, sur les 36 % de demandes pour lesquelles le plafond d’endettement a été dépassé, seulement 16,9 % ont pu financer leur projet. Ce dernier chiffre explique l’insistance des acteurs du secteur à réclamer l’assouplissement des règles imposées par le HCSF.

Admin Admin Pas de commentaire

Regroupement de crédit immobilier et conso : quelle solution?

Racheter son crédit immobilier et son ou ses crédits conso, une solution efficace ?

La crise sanitaire liée à la Covid-19 a eu des impacts lourds de conséquence sur l’économie.  Chômage partiel ou perte d’emploi, perte de revenu et donc de pouvoir d’achat pour bon nombre de salarié, de foyer. Tout comme d’autre, chefs d’entreprise, commerçants ou indépendants, ont vu leur activité chuter voire cesser et doivent faire face à une trésorerie très difficile. Vous avez d’ailleurs peut-être vous-même été touché par la crise et envisagez des recourir à un regroupement de crédits.

En effet, cette opération peut s’avérer très pertinente pour alléger vos mensualités et par conséquent augmenter votre reste à vivre pour faire face à votre nouvelle situation. De plus, le rachat de crédits diminue le coût total de vos emprunts et simplifie votre gestion : vous n’aurez plus qu’une seule mensualité à régler pour plus de sérénité.

Si vous avez un ou plusieurs crédits à la consommation, il est possible d’effectuer un regroupement qui inclut votre prêt immobilier. Il s’agit ici d’un rachat de crédits hypothécaire. En effet, votre bien immobilier en cours de remboursement représente une garantie de taille pour les organismes prêteurs.

Regrouper ses crédits pour s’engager dans un prêt immobilier ?

Avec des taux historiquement bas atteints l’an dernier, les emprunts immobiliers ont eu le vent en poupe. Mais depuis quelques mois, on assiste à une remontée de ces taux. Ils restent toutefois encore très attractifs, mais mieux vaut ne pas trop attendre pour contracter un prêt immobilier ! Vous hésitez car vous avez déjà des prêts en cours de remboursement ? Voici la solution selon votre situation.

Lorsque vous souhaitez contracter un crédit immobilier, l’établissement bancaire vérifie tout d’abord votre taux d’endettement. Lorsque celui-ci est inférieur à 33%, vous pouvez monter votre dossier et financer votre bien, si tous les autres indicateurs sont au vert, tout en continuant de rembourser votre ou vos autres crédits à la consommation.

Si vous dépassez le taux d’endettement maximal, vous pouvez rembourser de manière anticipée vos crédits conso afin d’être en mesure de contracter votre prêt immobilier. Mais encore faut-il être en capacité de le faire ! La seconde solution, plus souple et intéressante, est de regrouper ces crédits en un seul : cela diminue votre taux d’endettement et vous donne ainsi de meilleures chances pour votre crédit immobilier.

Plus intéressant encore selon votre situation, vous pouvez aussi regrouper vos prêts à la consommation et les intégrer dans votre prêt immobilier. En effet, même si les conditions d’un prêt immobilier sont très différentes de celles d’un prêt à la consommation, il est tout de même possible d’effectuer cette opération à condition que plus de 60% du montant global du prêt sont consacrés à l’acquisition de votre bien immobilier.

Comment savoir quelle est la meilleure opération pour vous selon votre situation et vos objectifs ?  Un courtier dédié vous permettra de procéder au regroupement de crédits le plus adapté. Nous sommes là pour vous guider !

Admin Admin Pas de commentaire

FIP et FCPI : le taux de réduction d’impôt majoré à 25 %

Le taux de réduction d’impôt pour la souscription au capital de petites et moyennes entreprises est enfin majoré à 25 %, une nouvelle attendu depuis plus de deux ans !

impôt : un taux de 25 % de réduction d’impôt jusqu’à fin 2020

Voté dans le cadre de la loi de finances pour 2018, ce taux majoré avait pour but initial de pallier la perte de l’avantage fiscal consenti pour ces investissements dans le cadre de l’ISF, transformé en Impôt sur la Fortune Immobilière (IFI) à compter de 2018 (et qui n’offre pas de réduction d’impôt pour ces placements). Mais la Commission européenne a tardé à donner son accord. Celui-ci a été confirmé le 26 juin 2020, déclarant conformes ces mesures au droit de l’Union européenne sur les aides d’Etat. Le décret du 7 août 2020 , publié le 9 août, confirme ce nouveau taux.

Jusqu’à présent, le taux de réduction s’élevait à 18 %, pour des investissements en direct, ou via des FCPI (fonds communs de placement dans l’innovation) et FIP (fonds commun de placement de proximité), dans la limite d’un investissement de 12 000 € pour une personne seule et de 24 000 € pour un couple. Avec le taux de 25 %, l’avantage fiscal maximum s’élève dorénavant à respectivement 3 000 et 6 000 €.

Ce dispositif s’applique également aux entreprises solidaires d’utilité sociale (ESUS).

FIP et FCPI : des fonds d’investissement à risque 

Les Fonds d’investissement de proximité (FIP) privilégient les investissements régionaux et les Fonds commun de placement pour l’innovation (FCPI) sont destinés à soutenir les PME et PMI innovantes. Pour bénéficier de l’avantage fiscal, il est nécessaire de conserver les parts 5 années. Or dans les faits, il faut attendre souvent plus de 10 ans pour récupérer son capital. Ce sont des fonds communs de placement présentant un risque en capital.

Les investissements dans les FIP ou les FCPI sont cumulables, mais attention ! Ils entrent dans le plafonnement global des niches fiscales, d’un montant de 10 000 €.

Admin Admin Pas de commentaire

L’économie française fera peut-être “un peu mieux” que prévu cette année

© Reuters. L’ÉCONOMIE FRANÇAISE FERA PEUT-ÊTRE “UN PEU MIEUX” QUE PRÉVU CETTE ANNÉE, DIT VILLEROY DE GALHAU

PARIS (Reuters) – L’économie française fera “peut-être un peu mieux” en 2020 que la récession de 10% du produit intérieur brut (PIB) actuellement prévue par la Banque de France et elle peut espérer retrouver début 2022 son niveau d’activité antérieur à la crise du coronavirus, déclare François Villeroy de Galhau dans une interview publiée jeudi par Paris Match.

Le gouverneur de la Banque de France juge en outre que la relance de l’économie française ne doit pas reposer sur les seules épaules de l’Etat, qu’il invite à “dépenser efficacement”.

“Nos prévisions misent sur une baisse du PIB de 10% cette année : ce sera peut-être un peu mieux, avec un fort rebond ensuite pour espérer retrouver le niveau d’activité pré-covid début 2022”, dit François Villeroy de Galhau.

Alors que l’état multiplie les aides d’urgence et garanties de prêts en mobilisant plus de 400 milliards d’euros, le gouvernement français prévoit un plan de relance économique de 100 milliards d’euros pour la rentrée prochaine.

Néanmoins, François Villeroy de Galhau affirme que « l’Etat ne peut pas tout faire, ni faire seul » et qu’il est essentiel de restaurer la confiance des entreprises et des ménages.

Admin Admin Pas de commentaire

La BCE prolonge jusqu’à janvier 2021 ses recommandations aux banques

FRANCFORT (Reuters) – La Banque centrale européenne (BCE) a annoncé mardi qu’elle prolongerait jusqu’à janvier 2021 ses recommandations aux banques afin qu’elles puissent faire face aux conséquences de la pandémie liée au nouveau coronavirus.

L’institut d’émission demande notamment aux banques de ne pas verser de dividendes et de ne pas racheter d’actions jusqu’à la fin de cette période.

La BCE demande également aux banques de faire preuve d’une “modération extrême” sur les rémunérations variables pour préserver leur capital en ces temps de crise.

Elle encourage en outre les banques à utiliser leur capital et leurs réserves de liquidités pour octroyer des prêts et absorber des pertes.